écriture sur objet

31 mai 2016 § Poster un commentaire

11 JUIN 2016

IMG1

 

ATELIER D’ÉCRITURE

sur

L’OBJET

11h-17h30

18 rue cadet paris 9

POUR VOUS ACCOMPAGNER AU COURS DE LA JOURNÉE

animation écriture : manoell bouillet, auteure https://stylobate.org/
textes vivants : antonieta Pizzorno, comédienne, conteuse, dernier spectacle TOUT ET RIEN, inspiré par les bazars où l’on trouve toute sorte d’objet.
aquarelle : cristina oliosi, peintre, http://cristinaoliosi.wix.com/dessins

au cours de la journée, l’objet sera le personnage principal de nos écrits. En commençant par celui que vous apporterez, choisi parmi vos objets privés qui vous relient au monde. Une aquarelle de cet objet sera réalisée, un texte sera écrit à partir de l’histoire de l’objet, et vous repartirez avec l’objet aquarelle, et pleins d’autres mots. Nous serons accompagnés des textes et objets d’Antonieta Pizzorno et également des auteurs François bon, Boltanski, Jean- Loup Trassard…

manobou@gmail.com/ 06 80 96 87 99

notre démarche et tous nos ateliers sur le site de l’association : passages-ecriture.fr

auberge espagnole le midi/Tarif 45 euros

paysage d’écriture/23-24 avril/arbéost

1 avril 2016 § Poster un commentaire

sans titre-54

photo : ilaan

 De la lumière à l’ombre, est-ce si sombre ?

L’atelier d’écriture du Lavedan organise un atelier consacré à l’écriture du paysage, conçu et animé par Manoell Bouillet. Il se déroulera en deux jours. Le premier explore différentes formes d’écriture du paysage en s’appuyant sur des textes et réflexions d’auteurs tels que Michel Collot, Jean-Christophe Bailly, René Char, Paul Fournel, Guélaye Ali Fal…., Le second jour se déroulera in situ dans un site chargé d’histoire, le sentier d’interprétation des mines de Ferrières fermées en 1962. Aux grilles de trois anciennes galeries, les participants seront invités à faire advenir un personnage de l’obscurité et à être l’écoute de la parole qui surgit.

ATELIER D’ÉCRITURE GRATUIT

Merci de vous munir d’un dictaphone, fonction que l’on trouve sur la plupart des téléphones, ainsi que d’écouteurs.

Horaires, lieux et information sur possibilités d’hébergement et repas http://www.atelierdulavedan.net/?p=322
Renseignements et inscription :
Manoell Bouillet, 06 80 96 87 99 – manobou@gmail.com

prise de langue

10 décembre 2015 § Poster un commentaire

RENDEZ-VOUS DE L’ASSOCIATION PASSAGES D’ÉCRITURE

http://passages-ecriture.fr/-agenda-de-nos-ateliers-.html

PRISE DE LANGUE :
DIMANCHE 13 DÉCEMBRE- 18h-21h

moment privilégié pour mettre son texte, écrit en atelier d’écriture ou ailleurs, en situation de partage public. Nous tentons de créer ensemble un endroit sensible de prise de parole, mise sous écoute…
il est possible de lire deux fois, il est possible de lire le texte d’un autre, de faire lire par un autre, pour entendre son texte porté par une autre voix, entendre d’autre voie dans son écrit, etc…

il est possible et souhaitable d’être disponible à l’écho des mots et à l’imprévu!

AUBERGE ESPAGNOLE : nous apportons le liquide, vous apportez le solide.

c’est au 15 rue Gay-Lussac, Paris Vième (porte à gauche de l’agence de voyage). C’est au sous-sol et c’est chargé des Compagnons de la nuit.

C’EST ENTRÉE LIBRE. RENSEIGNEMENTS :
Emmanuelle Favier : 06 21 63 91 42 ou
Manoell Bouillet : 06 80 96 87 99.

ET AUSSI, DERNIERS ATELIERS DE L’ANNÉE

samedi 12 décembre, 9 h à 17 h : atelier d’écriture littéraire et théâtrale animé par Emmanuelle Favier (cet atelier est complet, désolé…)
samedi 19 décembre, 11h à 17h30 : atelier d’écriture littéraire, animé par Manoell Bouillet

toussaint d’écriture #1:je viens je vis je vois je vais

1 décembre 2015 § Poster un commentaire

texte collectif-nov 2016

Je viens d’un autre village, est-il différent ?
Je viens d’un ruisseau tortueux et peu profond
Je viens des roches sombres, des crêtes gelées, des vents tourbillonnants
Je viens de la lune si j’en crois ceux qui me disent rêveuse
Je viens des nuages si j’en crois ceux que je n’écoute pas
Je viens d’une poussière d’étoile si j’en crois l’astrophysique
Je viens d’ailleurs mais d’où?


Je viens d’une épicerie où ma mère et mon père accueillent les clients avec chaleur et bonne humeur, où les bonbons qui trônent sur l’étagère m’appellent à chacun de mes passages, où la toilette se fait à l’évier de la cuisine dans l’arrière boutique.
Je viens d’un passé où je n’ai pas envie de retourner
d’ailleurs
je viens de m’enraciner sur cette terre de montagne

Je vis de pommes volées, de champignons trouvés, d’herbes séchées
Je sens la pluie sur mon visage
Je sens le vent dans mes cheveux
Je sens l’air doux que je respire
Je vis de vies, les miennes et les vôtres, celles qui nourrissent la terre, celles entrain de germer
Je vis une vie réinventée, enrichie de rencontres autour d’un verre de Jurançon fruité s’il vous plait!
Je vis de peu mais je vis bien
Je vis de calme et de sérénité
Je vis, je vis, je vis encore et encore

Je vois que la nuit je vois le jour
Je vois que les clôtures sont aussi faites pour être démontées
Je vois que comme hier, demain ne m’intéresse pas
Je vois qu’ici on se souvient du chemin qui mène à aimer la montagne
Je vois la joie
Je vois la détresse
Je vois l’amour
Je vois la haine
Je vois que les pigeons ont déserté le pigeonnier
et la maison?
je vois la fumée qui s’échappe de la cheminée
Je vois que dans ce monde qui s’agite, je cherche un refuge où m’abriter
même les insectes ont leur petit coin de paradis
Je vois que nous avons d’autres voies à explorer

Une voix qui raisonne, lointaine, dans les broussailles de ma tête
Une voix qui m’enseigne la patience du temps, l’immensité
Une voix qui… comme une intuition… l’appel de la foret
une voix me dit que nous nous rencontrerons encore
Une voix qui me murmure femmes aux grands yeux, femmes aux grands cœurs
Une voix qui m’appelle et me dit que tout est possible
Une voix qui crie, c’est nous nous voici

Je vais au bout du monde qui n’existe pas
Je vais où le vent m’emportera et me déposera
Je vais avec les grands oiseaux dans le ciel d’azur
Je regarderai les oiseaux par la queue, les Gabizos par le calcaire, le granit par sa mousse
Je regarderai la mer comme de potentielles montagnes, les montagnes comme des baleines.
Je vais dans l’univers sur un petit bout de planète
Je vais dans tous les sens et je manque de sens
Je vais je viens je tourne en rond comme la terre
je vais partir un jour sans avoir rien compris
je vais, plus éveillée que la veille

toussaint d’écriture#1 : phototexte

1 décembre 2015 § Poster un commentaire

havre de paix nous nous sommes trouvés. côte à côte, énergisés

nov 2016

 

 

 


rides ensablées soigneusement lissées par la rivière / ou serpents d’ombre ondulants dans la lumière/les derniers dessins d’une eau trop calme avant l’effort / mélangeant alluvions, brins d’herbe et paillettes d’or / autant de mots, d’illusions et de sommets prochains / mots perdus, mots tordus, pour murir d’autres desseins…


 

 

 

il est indiqué de marcher sur la ligne de lumière

les chaudes couleurs d’automne n’ont d’égales / que la chaleur des voix qui les portent

vie des mots que nous avons extirpés de nos tripes et déposés au pied des sapins

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

crédit photographique : ilaan (porteurdevent@gmail.com )

Où suis-je ?

Catégorie dernier atelier d’écriture, une trace sur STYLOBATE.