le gardien du phare

23 décembre 2017 § Poster un commentaire

5.12.17: Début lecture

12.12.17 : Fin lecture

23.12.17 : Qu’en reste-t-il ?

L’ïle de Gråskär, dans l’archipel de Fjällbacka, les enfants, beaucoup d’enfants, la vie de famille, des morts, des vivants, des accidentés, des femmes violentées, une association « le refuge » lieu d’accueil pour les femmes, menacées d’être encore frappées , humiliées. Un lieu qui outre-passe ses droits en organisant la fuite de femmes sur un territoire où elles seront peut-être à l’abri. Un lieu qui prend des risques.

Des « figures »: figures de flics, homme, femme, jeunes, moins jeunes, en fin de carrière.

Des « figures » de femmes, mères, pères, maris

Des figures de politiques, avec le maire,

Un personnage « effacé », celui qui se fait tuer. Un justicier liquidé.

Une figure d’écrivaine connue en période maternage et soins familiaux.

Une construction style cinématographique. Chaque « micro-chapitre » pourrait être une scène. Montage rythmé et inattendu.

La persistance d’un thème : le rapport entre êtres humains de sexe opposé traité à différentes époques (via une voix d’Outre-tombe), dans différentes configurations. Le spectre passe de la femme anéantie battue par l’homme,  au couple tentant au mieux d’appliquer le partage des responsabilités.

Et l’île aux esprits où la frontière entre morts et vivants s’estompe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement le gardien du phare à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :