dialogue

21 janvier 2016 § Poster un commentaire

dialogue résonance de l’image

1

on se demande ce qu’on attend

qu’est-ce qui fait dire qu’on attend ?

on est assis, là, tendus vers, puis on attend

attendu qu’il y a plusieurs bancs, on n’embête personne

en attendant, on squatte le meilleur, ils disent

tu pleures ?

non je bâââââille.

on dit, plus de place pour le baiser, tu le crois ?

rires, chuchotements

2

bâillement

on dirait qu’on attend la nuit

nous attendons la nuit

c’est la nuit que nous attendons

pourquoi attendrions nous la nuit ?

par pudeur

par pudeur…

parce qu’on ne voudrait pas qu’on nous voit

voyons. On resterait des heures comme ça, accrochés l’un à l’autre, sur un banc public, au vu et au su de tous, un peu nus si on peut dire, enfin déshabillés jusqu’à l’os, en prise franche avec la représentation de la mort en quelque sorte, les gens s’arrêtent, regardent, s’étonnent, s’affolent, rient, se moquent, s’effraient, rougissent, commentent, blablablablablabla, enfin font ce qu’ils ont à faire devant nos corps sans peau immortellement enlacés, tendus vers le nom baiser, jamais conjugué, alors excuse moi, la pudeur, c’est affligeant

tu as raison… continuons

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement dialogue à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :