bout de montagne

21 janvier 2016 § Poster un commentaire

je n’ai pas les mots pour les hommes, je suis berger ! Le berger est fier de sa parole et sa parole fait autorité, auprès des chiens. J’étais berger, je ne suis plus, j’ai cessé d’être, j’ai construit ma cabane au moins, j’ai fait ça, j’étais berger. Je n’ai pas les mots pour les hommes. Les hommes je m’en méfie. 

(…)

je m’allongeais, à plat ventre, couché avec les jumelles toute la journée, je prenais des notes, des relevés, j’essayais de comprendre, de tout comprendre, d’anticiper. J’ai rempli mes carnets, les mots s’effacent, mais pas la mémoire. La nuit, je me dégourdissais les jambes, et je préparais à manger, du froid pour pas attirer les bêtes. Je l’observais le vieux, je voulais me présenter à lui aussi instruit que lui. Un jour, j’ai été prêt. Je sors de ma cachette, je me montre.

(…) 

Je suis resté deux saisons à l’estive, le troupeau le berger, les chiens moi, je sais pas qui décide. Une semaine avant la transhumance, le vieux dit « mes genoux n’en veulent plus. Prends l’estive. Elle a besoin d’un nouveau « gardeur ». J’ai été un bon berger. J’ai aimé la vie là-haut, la femme qu’est montée, puis tout s’est emmêlé

(…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement bout de montagne à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :