des phrases de la phrase

26 décembre 2015 § Poster un commentaire

aucune solution magique n’existe, mais entre un inventaire des manques et une typologie fine et détaillée des plénitudes existent des passerelles qu’il suffit de tendre. Ce dont il est question, ce n’est pas d’une typologie idéale plus ou moins calquée sur l’image patrimoniale des centres anciens, ni de panoplie d’éléments formateurs tout prêts à fonctionner, mais d’un travail à faire à partir de l’existant, tel qu’il est, avec sa vitalité comme avec son désarroi. Un tel retournement de la méthode d’approche implique le mouvement le plus difficile, qui est d’aimer l’existant, de l’aimer hors de toute posture compassionnelle, non pour ce qu’il est ou parce qu’il est, mais pour ce qu’il ouvre, et qui est ce chantier dont je parle.

jean-christophe bailly, la phrase urbaine

musique : alexandre benne and co

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement des phrases de la phrase à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :