plutôt murir

5 décembre 2015 § Poster un commentaire

(à claudio ernesto mauro)

crédit photo : porteurdevent@gmail.com

un fruit se présenta à lui

qui tombait d’un arbre.

nommons le couple

l’arbre et le fruit

le fruit était sans forme

dans le creux de sa main

et que l’on s’en étonne

il lui offrit, un mot

amour est celui-là mais las le fruit n’était pas mur

il croqua le fruit vert, du moins je veux le croire, le mot, d’une traite il l’avala, en gestation dans son cœur, il sema l’insomnie, le temps expira à travers lui, et que l’on s’en étonne, le mot força, un peu acide

amour est celui-là, mot dit, saint était-il l’arbre ?

pignon sur rue, il traînait son coeur, rêvait de peau nue, rêvait de chaleur, d’autorité deux bras l’arrêtèrent, sensuels avides cruels, oreillette mordue, lèvres ouvertes, et que l’on s’en étonne, le mot profond s’enfouit dans la chair

Amour est celui-là mais là la lie était trop dur

le cœur en sang et l’âme en peine, comme il se doit, amour par veines est toujours là, il s’éveille la nuit, vers luisant sur les vaisseaux, quand à l’envers danse le ruisseau, plexus contre poitrine, solaire, plein, turgescent et sensible

Amour est celui-là, car là-haut, l’arbre ne meurt pas

l’amour est là comme feuille de cigarette, entre deux corps, qui tournent et se soutiennent, les voyez vous embrasser un suspens, et le rideau saluer à l’italienne, oui l’air du temps murmure l’absence, mais en dedans un mot s’éveille, dansons même si l’on s’en étonne, et murissons ici et maintenant

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement plutôt murir à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :