où est le loup ?

29 novembre 2015 § Poster un commentaire

photo : Ilaan porteurdevent@gmail.com

je porte l’hiver sur le dos

un manteau chaud orange

couverture pour traverser la ville

le capuchon en pointe

fait de moi un moine coloré ou une presque vieille qui se prend pour une petite fille

je porte dans le plis de mon coude, le panier d’osier de feu une grand-mère

sur la photo des morts

fondant au chocolat sous torchon de jute épais pour pause de midi

je porte l’hiver au pied

de grosses chaussures à crochets, un collant de laine, une jupe plissée

est-ce toi ?

je porte les joues gonflées de rouge, quand je ris,

la droite se creuse d’une fossette

je ne m’en souviens plus

dans le métro parisien

par les yeux anonymes

 de ton visage

je me suis vue, petit chaperon rouge

regards furtifs, regards à la fauvette,

regards de métro en somme

j’ai vu

rien que de l’ordinaire du métro parisien

où est le loup ?

il n’y a pas de loup

rien que de l’ordinaire

est-ce toi Victor ?

des centaines de regards sur un même rail ne font pas le conte des centaines de regards sur un

est-ce toi le vivant dont je ne me souviens plus

tandis qu’à l’air libre, les hélicos patrouillent

https://www.youtube.com/watch?v=nfLrwQQG1qI

Ce texte n’est pas tout à fait abouti, mais nécessité de l’approcher pas à pas…

Le visage dont je parle en gris, est celui d’un serveur de la belle équipe, dont j’ai vu les premiers pas alors que je venais le matin écrire. Le café dans la soucoupe, c’est lui. Aujourd’hui, je cherche son visage dans ma mémoire. Je ne sais pas si c’est celui que j’ai vu en photo, point levé en signe de victoire, parmi les fleurs abîmées posées sur le bitume parmi les bougies allumées et éteintes et allumées chaque jour. La photo du cimetière du bout de ma rue. Ce visage qui m’obsède aujourd’hui parce que je ne peux plus le voir ni m’en souvenir. À tout jamais disparu, ou pas. Parmi les morts ou les vivants, je ne sais pas.
Ce visage qui parle de ce moment étrange vécu à Paris.  Rien que de l’ordinaire posé sur l’empreinte d’une tuerie. Comment tourner la page sans nier ni se complaire dans les traces.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement où est le loup ? à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :