déchronologique # 8.0

15 mars 2015 § Poster un commentaire

rappel des épisodes précédents : celle dont il est question ici vient d’une famille de chasseur va dans une famille de chasseur. le village dont elle est tombée amoureuse s’appelle la tombe. ça plombe. celle dont il est question ici se demande si elle ne se condamne pas à intégrer une société anthropologiquement semblable à celle qu’elle ne cesse de fuir.

les infos tombent comme poussent les chanterelles et chutent les châtaignes et

elle a trop lu elle a trop cru elle n’en peut plus.

PULL!

allez cor’ une petit’ cynégétique* est-ce du TOC est-ce du TIC

le faisan est un gibier commun et vénérable originaire d’asie. il appartient aux espèces d’oiseaux d’élevage qui font l’objet de lâchers réguliers dans un but cynégétique

le faisan de colchide ou faisan commun est originaire d’asie. il aurait été introduit en france entre 1500 et 1700 par des aristocrates dans un but cynégétique. depuis il s’est naturalisé dans certaines zones mais généralement sa présence est liée à des lâchers réguliers.

le faisan vénéré est originaire d’asie. il aurait été introduit dans un but cynégétique dans la deuxième moitié du 19ième siècle puis de nouveau après la dernière guerre. depuis il s’est naturalisé dans un grand quart nord-ouest de la france mais il se maintient grâce à des lâchers réguliers.

élevages, lâchers, égrainages, pull !

elle dit : je crois comprendre que le faisan a été élu pour la beauté de son plumage, ce qui lui a valu, pauvre bougre, d’être classé au top des trophées de chasse de la haute société aristocratique. le faisan, c’est génétique, mais la révolution a décimé les orgueilleuses injustices : vive la nuit du 4 août vive le jour où les privilèges furent tous abolis. aujourd’hui aristocrate et travailleur, bureaucrate et bricoleur, ploutocrate et boucholeur, technocrate et empailleur, démocrate et rimailleur, phallocrate et oiseleur… ça fait du monde en quête de leurres.

élevages, lâchers, égrainages, pull !

les faisans ont l’avantage d’appartenir à une espèce de migrant asiatique qui s’intègre sans faire trop de bruit. des exotiques dociles qui ennoblissent le terroir français, comme d’antan. pas de restriction aux frontières. de toute manière, les faisans meurent vite.

pourtant, dit-elle, je lis que les faisans = oiseaux de tir serait un cliché. que la chasse aux faisans pour tous n’est pas artificielle. drôle d’arithmétique !

ci-gît-il un jadis non assagi ?

 

* c’est à dire pour le compte de la chasse.

à ajouter dans la biblio : LE BANQUET DU FAISAN, 1454 : l’Occident face au défi de l’Empire ottoman. Artois presse université. « LE BANQUET DU FAISAN n’est pas un événement fini dans le temps dont on épuise l’histoire en la racontant. Il révèle une civilisation et porte en lui une redéfinition de la notion d’Europe

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement déchronologique # 8.0 à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :