déchronologique tombe d’aout # 2

29 janvier 2015 § Poster un commentaire

rappel des épisodes précédents : la narratrice vient d’une famille de chasseur va dans une famille de chasseur. le village du chasseur dont elle est tombée amoureuse : la Tombe, est comme un frisson dans un buisson au milieu d’une battue. la narratrice se demande si elle ne se condamne pas à intégrer une société anthropologiquement semblable à celle qu’elle a fuie. quelles en sont les caractéristiques ? pourquoi l’a-t-elle fuie ? quelle est cette force magnétique ?


je passe des jours. des jours je passe à imaginer les mâles dominants. les mâles dominants aimeraient n’aimeraient pas que je les nomme mâles dominants ? je les vois venir. ils vont remplir la cuisine de sang frais, de poils, de testostérone. ils vont renifler la chair, la trifouiller, la creuser jusqu’au plomb. ils vont dépecer la bête avec leurs couteaux pointus et aiguisés, la lame brillant au soleil avant de transpercer le corps de la bête. ils vont s’éclabousser de sang sur le visage rouge, des gouttes en forme de larmes qui sèchent à la joue, version sanguine de pierrot lunaire. sur le carrelage, le carnage, il y aura un mélange de sang, de boue, de neige fondue, de merde. ils vont se partager le butin. ils vont le mettre dans la fourgonnette blanche en le protégeant d’une toile de jute blanche. les chiens n’ont pas intérêt à fourrer le nez, ils se prendraient la raclée. les chiens de chasse doivent savoir, ça, que le gibier n’est pas pour leur gueule, sauf les os, et la graisse jetés au pied de la poubelle grise en plastique au couvercle vert. les chiens vont sortir les crocs (en vrai, ce sera plutôt les boyaux et le placenta qu’on leur jette, un truc sanguinolent comme ça, les chiens ne sont pas des dieux). ils vont trinquer, les hommes, les fusils cassés, parce qu’avec l’alcool, on n’est plus maître de ses passions, de ses gestes, de son pouvoir. y’a qu’à voir la mariée en noir, le film. ils vont échanger des mots, des phrases, des rires, et même s’ils ne sont qu’entre eux, qu’entre hommes qui trinquent, qu’entre chasseurs, ils parlent une langue qui ne sort pas très loin de leur bouche, ça reste entre eux la langue des chasseurs. ils vont rentrer chez eux, fiers du sanglier qui ressemble déjà dans leur tête au civet que leur femme, ou eux peut-être, vont cuisiner, pour putain, jouir du salaire de la chasse.

ou cette fois, ce sera un cerf, parce que les cerfs sont un problème dans la forêt. les cerfs font fuir les sangliers avec leur brame de défi qui ressemble à la plainte d’une vache laitière avant mise-bas. où au grognement rauque et saccadé d’un cochon lorsque le cerf court après la biche. enfin, les cerfs ne font pas vraiment fuir les sangliers puisqu’il n’y en a plus, éradiqués les pur sang d’hier. Les cerfs doivent faire fuir les cochangliers, plutôt. Soyons précis. Mal nommer les choses c’est ajouter au malheur du monde écrit camus. enfin, c’est ce que dit un chasseur qui sur zone, a bien remarqué cela que le cerf, par son bruit, fait fuir le cochonglier. et si le cochonglier fuit, il ne peut pas le tuer. Et pourtant il faut le tuer, parce qu’il y en a trop de ces faux sangliers. La seule solution est de tuer le cerf et si on a atteint le quota, des quotas décidés sans queue ni tête par des bureaucrates qui n’y connaissent rien à la chasse, il faut braconner c’est pour le bien de l’équilibre animal de la forêt sauvage et donc le bien de l’humanité. et le civet de cerf c’est pas dégueu.

là il y en a un qui est de corvée de popote. je veux causer, mais il se méfie. ce n’est pas parce qu’il est à la cuisine qu’il lâche son fusil.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Qu’est-ce que ceci ?

Vous lisez actuellement déchronologique tombe d’aout # 2 à STYLOBATE.

Méta

%d blogueurs aiment cette page :